Pour assembler un mur, il faut réunir les pièces de matériaux et les joindre. Dans un souci esthétique et de protection, la finition consiste à recouvrir cet assemblage brut, du côté de la façade, par des couches de finitions à choix. Parmi elles, on compte le crépi et l’enduit. Bien que leur nom nous semble familier, on arrive peu (ou bon nombre d’entre nous) à faire la distinction notamment sur la nature des matériaux et des techniques d’application. Sans plus tarder, voici nos explications.

Un crépi est la finition extérieure à l’enduit avec un rôle esthétique prédominant

Le rôle décoratif est prédominant du côté du crépi. Appliqué au-dessus d’une couche d’enduit, il corrige toute imperfection et harmonise l’esthétique générale de la façade. Il contribue également à augmenter le niveau de protection de la façade contre toutes les attaques externes ou internes. On distingue en premier les intempéries, les fissurations, les décollements.

Comme son domaine d’application accapare diverses essences de matériaux à savoir les murs en béton, en pierre ou en briques, il est souvent appelé à tort en tant qu’enduit. Pour avoir de la précision sur vos projets de façade, n’hésitez pas à visiter unifacade.be.

Un enduit assure la correction et la protection du mur

L’enduit est appliqué directement sur les murs de pierres, briques, ou béton. Toutefois, si le mur présente des défauts majeurs, un sous-enduit constitué de fibre de verre et de treillis sera à apposer au préalable de l’application de l’enduit. Les fonctions de l’enduit sont diverses à savoir l’isolation thermique et acoustique, l’imperméabilisation et la protection contre les intempéries. S’il est appliqué comme la couche la plus superficielle de la façade, il suffit de le peindre et le tour est joué.

Mais bien que les rôles soient distincts, les applications sont parfois similaires et portent à confusion. Tout est ainsi dans la matière et sa place dans la superposition des couches qui vont constituer la façade. Ainsi l’enduit est bi fonction tandis que le crépi est à privilégier pour un rendu très décoratif.

Un crépi et enduit : quelques applications similaires

On distingue 3 manières d’appliquer le revêtement de la façade :

  • Enduit, crépi taloché qui s’effectue par une taloche et permet d’avoir un rendu lisse ;
  • Enduit ou crépi gratté où la finition talochée est suivie d’un coup de gratton ;
  • Enduit ou crépi projeté requérant l’intervention d’une machine et où ils sont laissés bruts.

Le contemporain se veut toutefois plus épuré et moderne, c’est ainsi que l’enduit est totalement lissé ou ribbé pour créer des motifs. Le crépi, lui, est travaillé délicatement pour une finition écrasée.

À noter qu’on distingue des enduits de rebouchages, de lissages, spécial isolant et décoratif, le type traditionnel et monocouche. Le crépi quant à lui est essentiellement atypique et est plébiscite à cause de sa dure consistance. Il faut cependant éviter de l’appliquer lors de la canicule, de la pluie ou en hiver profond au risque de favoriser un désordre et décollement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *